Vous êtes ici

Portrait du mois de juin : Ben-Manson TOUSSAINT

Tags: 
28 juin 2017

Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur votre parcours et cursus universitaire ? 

J’ai commencé mes études universitaires en Haïti où j’ai bouclé, en 2007, ma 1e année de master en informatique à l’Ecole Supérieure d’Infotronique d’Haïti (ESIH) et, en 2008, un Bac+4 en Economie Appliquée (option Statistiques) au Centre des Techniques de Planification et d’Economie Appliquée (CTPEA).

Je suis ensuite parti à Grenoble, en France, en 2009 pour une spécialisation en « Intelligence Artificielle et Web » au MOSIG (Master Of Science in Informatics at Grenoble), programme international proposé par l’Université Joseph Fourier et l’Institut National Polytechnique de Grenoble (aujourd’hui Université Grenoble Alpes).

Après mon master, j’ai travaillé une année comme ingénieur étude et développement dans une boite privée de développement logiciel à Gardanne, près de Marseille, avant de revenir à Grenoble pour ma thèse de doctorat en informatique (Intelligence Artificielle, Systèmes Tuteurs Intelligents) que j’ai soutenue en octobre 2015.

Aujourd’hui, je suis basé en Haïti où je dirige le laboratoire SITERE (http://sitere.science) affilié à l’ESIH, mon ancienne université. Je suis aussi régulièrement au Laboratoire d’Informatique de Grenoble où je suis chercheur invité.

Quelles ont été vos principales réalisations dans les TICE, et où en êtes-vous actuellement ?

Au-delà des contributions de ma thèse, j’ai participé à la création de la plateforme THESS (Technologie Hybride pour l’Education, la Science et le Savoir), une plateforme d’enseignement en ligne qui permet aux universités haïtiennes de rendre leurs offres de formation accessibles aux bacheliers, étudiants et professionnels, partout dans le pays.

Je travaille actuellement avec une équipe d’ingénieurs au Laboratoire SITERE et en partenariat avec des chercheurs du Laboratoire d’Informatique de l’université Paris 6 (LIP6) et du Laboratoire d’Informatique de Grenoble (LIG), sur le développement d’un outil logiciel générique permettant de faciliter et de personnaliser le monitoring des apprenants sur les plateformes d’enseignement en ligne grâce à des techniques d’intelligence artificielle.

Parallèlement, je collabore, au sein du Laboratoire d’Informatique de Grenoble, sur un projet de recherche impliquant l’intégration de services pédagogiques et didactiques automatisés dans un simulateur de vol exploitant les propositions formulées au cours de ma thèse.

Vous êtes lauréat du prix Louis d’Hainaut 2017, parlez-nous un peu de votre projet de thèse et de ce que représente ce prix pour vous ?

Ma thèse s’inscrit dans le champ de recherche sur les Systèmes Tuteurs Intelligents, des environnements informatiques pour l’apprentissage humaine intégrant de l’Intelligence Artificielle. Mon objectif était de proposer une approche pour l’acquisition automatique des connaissances en chirurgie orthopédique percutanée sachant que les connaissances mises en jeu dans ce domaine, sont en partie empiriques, souvent tacites, et perceptivo-gestuelles. Les connaissances perceptivo-gestuelles sont des connaissances multimodales combinant des connaissances théoriques, des perceptions et des gestes/habiletés motrices.

L’intérêt est de parvenir à extraire les éléments de connaissances et modèles pertinents pour la production de services didactiques et pédagogiques automatisés dans les environnements de simulation. Mon cas d’étude était le simulateur d’opérations chirurgicales TELEOS (http://teleos.imag.fr).

A l’issue de la thèse, j’ai proposé un modèle pour la représentation des traces d’activité perceptivo-gestuelles enregistrées sur le simulateur, un outil informatique pour réifier ce modèle et un algorithme pour extraire les éléments de connaissances pertinents pouvant alimenter la base de connaissances du simulateur dans le but d’offrir des services tutoriels prenant en compte toutes les facettes des connaissances mises en jeu par les internes (l’exemplaire numérique du manuscrit est accessible à cette adresse : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01370337/document).

Le prix Louis d’Hainaut représente, bien sûr, une reconnaissance de ce travail et des contributions qui en ont découlé. Mais le plus important à mes yeux est le projecteur que ce type de récompense porte sur nos travaux en cours et nos projets de recherche au sein du laboratoire SITERE et dans d’autres structures de recherche en Haïti.

Comment les REL (Ressources Educatives Libres) peuvent-elles faciliter l’accès à l’information en Haïti ?

Notre objectif, avec le lancement de la plateforme THESS, étant de faciliter l’accès à des offres de formation de qualité à prix réduit, nous encourageons fortement l’utilisation des ressources éducatives libres.

La production de contenu pédagogique, de matériel didactique et d’outils d’analyses, entre autres, pour les plateformes d’enseignement en ligne est chronophage et a un coût financier très élevé. Les REL offre une réelle alternative en ce sens.

Que pensez-vous de l’évolution de l’usage du numérique dans l’enseignement en Haïti ? quelles sont les perspectives pour le futur ? 

On est encore dans une période d’adaptation et d’apprivoisement de ces nouveaux paradigmes, comme un peu partout je pense, mais le nombre d’universités, d’écoles (primaires et secondaires) et de professionnels qui adoptent le numérique pour l’enseignement et l’apprentissage, ne cesse d’augmenter.

Le meilleur que nous puissions tirer de cette évolution, et cela devrait être une priorité de mon point de vue, est de l’exploiter avec l’objectif de rendre les possibilités de formation accessibles au plus grand nombre, de décentraliser le système universitaire, d’améliorer la gouvernance universitaire et la qualité des formations initiales.

C’est quoi le Big Data pour vous ? Quel lien feriez-vous entre les Ressources Educative Libres (REL) et le Big Data ?

Le Big Data redéfinit notre place dans les systèmes d’information : nous n’y sommes plus les seuls producteurs de données et les données que nous produisons sont des mines d’information dont la fouille peut mettre en évidence des connaissances et des informations extrêmement pertinentes voire sensibles à différents égards… pour le meilleur et/ou pour le pire.

Le lien naturel, je pense, entre les REL ou toutes formes de ressources pédagogiques ou de données enregistrées en contexte d’apprentissage, relève des champs de recherche sur la Fouille de Données Educatives (Educational Data Mining) et sur l’Analyse des Données d’Apprentissage (Learning Analytics).

Un dernier mot ?

J’aimerais remercier ici de manière très spéciale quelques personnes qui ont joué un rôle majeur dans la construction de mon parcours et à qui je dédie le prix Louis d’Hainaut ou le simple fait d’avoir bouclé ma thèse : ma mère, Maniella, qui sait toujours trouver les mots qui donne cette envie irrépressible d’avancer et de s’améliorer ; ma femme Anne-Laure et ma fille, Ambre, mes oasis et l’explication fondamentale de ma motivation ; ma directrice de thèse, Pr Vanda LUENGO, avec laquelle je continue de collaborer sur des projets de recherche et qui est devenue une amie. Tout cela ne serait pas possible sans ces femmes.