Vous êtes ici

Le Barcamp fait ses premiers pas à Yaoundé

L’évènement qui prône l’utilisation du numérique dans l’enseignement supérieur a été organisé le jeudi 24 novembre 2016 au Campus numérique francophone de l’AUF.
Tags: 
05 décembre 2016

« Inversons la classe dans le supérieur : les premiers pas ». Tel est le thème de la première édition du Barcamp tenue le 24 novembre 2016 au Campus numérique francophone (CNF) de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Organisé par l’Ecole national supérieure polytechnique de Yaoundé en partenariat avec le Bureau Afrique centrale et des Grands lacs (BACGL) de l’AUF, l’événement a regroupé 30 participants pour la plupart des enseignants du supérieur. 

« C’est un atelier de sensibilisation comme le nom l’indique la classe inversée qui fait l’inverse de la classe normale. C’est-à-dire que l’enseignant prépare un support de cours avec des activités qu’il soumet aux apprenants. Ceux-ci sont libres de le consulter chez eux pour prendre déjà connaissance de la leçon et pratiquer avec les activités proposées. Une fois en classe, l’enseignant propose plutôt des cas pratiques de la société soumis à la réflexion des apprenants qui pourront par la suite travail-ler collectivement ou individuellement pour apporter une solution et pouvoir assimiler la leçon pro-posée », a indiqué Anne Marie Chana, chef de projet, par ailleurs enseignante à l’Ecole nationale polytechnique de Yaoundé. 

Au cours des travaux, il a été question de mobiliser les outils et les moyens qu’offrent le numérique pour expliquer ce qu’est la pédagogie inversée, la classe inversée et d’amener les enseignants à inté-grer progressivement cette pratique pédagogique dans leur quotidien.

Il s’agit en fait « de rendre plus autonome l’apprenant qui doit par lui-même prendre l’initiative d’aller regarder soit les vidéos proposées par l’enseignant et réfléchir à des exercices. Pour l’enseignant, il devient plus tôt un facilitateur que quelqu’un qui transmet le savoir », a expliqué Dr Chana. 

Au cours de ce Barcamp, les participants qui ne sont pas venus en spectateurs, ont travaillé en groupe et exposé sur des sujets divers liés à l’Enseignement supérieur. 

Ils ont appréhendé la maîtrise des concepts pédagogiques pouvant être associée à la pédagogie de la classe inversée, l’identification de toutes les composantes à la fois pédagogique et organisationnelle permettant d’inverser les classes. Ils ont également profité de l’occasion pour repenser ce qui est fait actuellement en classe pour enrichir et améliorer l’expérience d’apprentissage des étudiants. 

A la fin de cette rencontre d’échanges, les participants ont été appelés à « capitaliser sur les tra-vaux du Barcamp », afin de progresser dans la pédagogie inversée.

En plus de de classe inversée, le Barcamp est également une plate-forme qui veut « proposer une solution au problème de massification dans les salles de classe des universités camerounaises ».

 

Par Sylvestre Kamga - 25/11/2016
http://www.journalducameroun.com

Source